Méthode Masuda

De Poképédia
Aller à : Navigation, rechercher

La Méthode Masuda est une technique apparue dans la quatrième génération et dévoilée par Junichi Masuda [1] qui permet d'augmenter les chances d'obtenir un Pokémon chromatique par reproduction.

Méthode[modifier]

En plaçant à la pension un Pokémon qui provient d'un pays différent de celui du jeu, les chances que l'œuf éclos soit chromatique sont multipliées par quatre.
Par contre, la méthode ne fonctionne pas si les Pokémon sont tous les deux japonais ou anglais, par exemple.

Deux exceptions[modifier]

Le Magicarpe de Meister* et le Pikachu du Major Bob*, même s'ils débloquent la fiche étrangère du Pokédex, sont considérés comme des Pokémon issus de la version du jeu dans lequel ils sont obtenus. Bien que respectivement allemand et anglais, ils sont considérés comme français sur une version française, japonais sur une version japonaise, etc.

Fonctionnement[modifier]

Lorsque l’œuf est généré, le jeu calcule la valeur interne personnelle du Pokémon et il effectue le test "chromatique" 4 fois (ou 6 fois si c'est sur la cinquième génération) au lieu d'une seule, en incrémentant à chaque fois les bits de poids fort, de sorte que les deux premiers bits ne soient plus significatifs pour le test.
Au final, le Pokémon dispose d'une probabilité d'être chromatique qui passe de 1/8192 à 5/8192, soit 1/1638 dans la quatrième génération, et passe à 6/8192, soit 3/4096 (environ 1/1366) dans la cinquième génération.

Inconvénient[modifier]

Le fait d'utiliser la Méthode Masuda en faisant se reproduire deux Pokémon étrangers désactive le fonctionnement de la Pierre Stase, qui permet normalement d'avoir une chance sur deux de transmettre la nature du parent la tenant.

Ce défaut disparaît dans la cinquième génération.

Charme Chroma[modifier]

La méthode de Masuda peut être combinée avec l'objet Charme Chroma, leurs effets s'accumulent. L'objet est offert par le Professeur Keteleeria pour avoir complété le Pokédex national dans les versions Pokémon Noir et Blanc 2.

Notes et références[modifier]

  1. Blog de Junichi Masuda (en)